ESIL Interest Group History of International Law

ESIL Interest Group History of International Law

dinsdag 28 april 2015

CONFERENCE: "Le Monde des Neutres" (Prangins Castle, 5 June 2015); DEADLINE 25 MAY 2015

(image source: Wikimedia Commons)

The Swiss Department of Foreign Affairs and the University of Lausanne organise a colloquium on neutrality on 5 June 2015 in the National Museum of Prangins. Visitors can combine the event with a visit to the exhibition "La Suisse redessinée. De Napoléon au Congrès de Vienne".


Béla Kapossy (Lausanne), Introduction

André Holenstein (Bern), "Péripéties d'une politique de neutralité. Les relations extérieures de la Diète fédérale 1813-1815"

Peter Lehmann (Lausanne), "La neutralité comme projet de réforme"

Bela Kapossy (Lausanne), "Le commerce des neutres et le protectionnisme au 19e siècle"

Lunch break

Grégoire Bron (Neuchâtel), "La neutralité suisse face à l'immigration politique, 1815-1848"

Sacha Zala (Director of the Documents Diplomatiques Suisses), "Axiomes et apories de la neutralité suisse au 20e siècle"

Thomas Maissen (Director of the German Historical Institute in Paris), "Perspectives historiques et politiques de la neutralité suisse"

Plenary discussion under the direction of Valentin Zellweger (Director of the Public International Law Department, Swiss Ministry of Foreign Affairs)

 Practical information:
Registration until 25 May 2015 at

vrijdag 24 april 2015

CONFERENCE: International Law and Time (Graduate Institute, Geneva, 12-13 June 2015)

(image source:

The Department of International Law at the Graduate Institute (Geneva) has announced the programme for its upcoming conference on International Law and Time, previously signalled on this blog.

Day 1:

Friday, 12 June 2015

09.00 – 10.00 | Registration and Coffee

10.00 – 10.15 | Welcome

Klara Polackova van der Ploeg, Luca Pasquet and León Castellanos Jankiewicz, conference conveners
The Graduate Institute, International Law Department

10:15 – 12:00 | Opening Roundtable: Time in International Law and International Law Overtime
Roundtable Chair: Andrea Bianchi, Head of the International Law Department

Zachary Douglas QC, Marcelo Kohen, Nico Krisch, Joost Pauwelyn
The Graduate Institute, International Law Department

12.00 – 13.30 | Lunch (provided)

13.30 – 15.00 | Panel 1 - Attributing Meaning to Time: Visions of History and Future

Human Rights in Time & Being
Juhana Mikael Salojärvi, University of Helsinki

Digressing towards Justice: International Criminal Law’s Narrative of Moral Transit Through Violence
Timothy Waters, Indiana University, Maurer School of Law

International Lawyers 'of the South' in 'Abject Times'
Adil Khan, The Graduate Institute

15.00 – 15.30 | Coffee Break and Refreshments

15.30 – 17.00 | Panel 2 – Role of Time in the Creation of Norms

How to Create Instant and Universal International Law: the 1856 Declaration of Paris and its Legacy
Jan Martin Lemnitzer, University of Oxford

‘Incrementalism’ and the Development of Normative Frameworks of Protection for Displaced Persons
Rob Grace, Harvard University, Program on Humanitarian Policy and Conflict Research

Different Time-Horizons in the Interplay between Domestic and International Law and Governance
Tommaso Soave, The Graduate Institute & Shashank Kumar, WTO

17.00 – 17.30 | Coffee Break and Refreshments

17.30 – 19.00 | Panel 3 Time and the Operation of International Law Norms

Time and the Law of State Responsibility: Emerging Concepts of “Continuing Breach” and Related Issues in Contemporary International Jurisprudence
Rob Howse, New York University & Barry Appleton, Appleton & Associates

Temporal Considerations in Treaty Interpretation: Do Treaties Endure, Perdure or Exdure?
Panos Merkouris, University of Groningen

China, Confucian Time and International Law: A Normative and Behavioral Account
Matthias Vanhullebusch, Shanghai Jiao Tong University, KoGuan Law School

20.00 – 22.00 | Dinner (provided)
Hotel Royal, Salon Gustave Ador
41 Rue de Lausanne, Geneva 1201
Day 2:

Saturday, 13 June 2015

09.30 – 11.00 | Panel 4 - International Law between Change and Stability

International Law, Perception, and the Problem of Time
Gregory Messenger, University of Oxford

International Environmental Law: The Challenge of Resilience
Jaye Ellis, McGill University

Human Rights as Chronometers of Time and Change
Martin Waehlisch, American University of Beirut (TBC)

11.00 – 11.30 | Coffee Break and Refreshments

11.30 – 13.00 |  Panel 5 – Continuity, Discontinuity, Recurrence

The ‘Minimum Standard of Treatment’: The Fascinating Story behind Emergence, the Disappearance and the Resurrection of a Concept
Patrick Dumberry, University of Ottawa

The International Public Corporation Today – Ever More Relevant?
Dotse Tsikata, University of California, Davis / African Development Bank

Mediating Time in International Law: Peace Agreements between Rupture and Continuity
Philipp Kastner, University of Western Australia

Self-determination as Ideology: The Cold War, the End of Empire, and the Making of UN General Assembly Resolution 1514 (14 December 1960)
Victor Kattan, National University of Singapore

13.00 – 14.30 | Lunch (provided)

14.30 – 16.00 | Panel 6 – Dealing with the Past: Legacy, Retroactivity and Beyond

Re-Constructing History through Courts: Narratives of Legacy in International Criminal Justice
Carsten Stahn, Leiden University, Grotius Centre for International Legal Studies

Croatie v. Serbie: date critique aux fins d’examiner la compétence et problèmes de rétroactivité dans le règlement judiciaire des différends
Lorenzo Palestini, The Graduate Institute

Some Considerations on Presentism and Historcism in International Law
Isabelle Schulte-Tenckhoff, The Graduate Institute

16.00 – 16.30 | Coffee Break and Refreshments

16.30 – 17.00 | Wrap-up
León Castellanos Jankiewicz, Klara Polackova van der Ploeg, Luca Pasquet, conference conveners

17.00 | Good–Bye Drink 

A PDF version can be found here.
Further details on the conference website.

BOOK: Benjamin STRAUMANN, Roman Law in the State of Nature. The Classical Foundations of Hugo Grotius' Natural Law [Ideas in Context] (Cambridge: CUP, 2015), 283 p. ISBN 9781107092907, £ 65

(image source:

Benjamin Straumann (NYU) published a new work on roman law and the early modern law of nations at Cambridge University Press.

Roman Law in the State of Nature offers a new interpretation of the foundations of Hugo Grotius' natural law theory. Surveying the significance of texts from classical antiquity, Benjamin Straumann argues that certain classical texts, namely Roman law and a specifically Ciceronian brand of Stoicism, were particularly influential for Grotius in the construction of his theory of natural law. The book asserts that Grotius, a humanist steeped in Roman law, had many reasons to employ Roman tradition and explains how Cicero's ethics and Roman law – secular and offering a doctrine of the freedom of the high seas – were ideally suited to provide the rules for Grotius' state of nature. This fascinating new study offers historians, classicists and political theorists a fresh account of the historical background of the development of natural rights, natural law and of international legal norms as they emerged in seventeenth-century early modern Europe.
Table of Contents:
1. Natural law in historical context
2. A novel doctrine of the sources of law: nature and the classics
3. Proving natural law: the influence of classical rhetoric on Grotius' method
4. Social instinct or self-preservation?
5. Justice for the state of nature: from Aristotle to the Corpus Iuris
6. Grotius' concept of the state of nature
7. Natural rights: Roman remedies in the state of nature
8. Natural rights and just wars
9. Enforcing natural law: the right to punish
 Free marketing excerpt here.

dinsdag 21 april 2015

CALL FOR ABSTRACTS: The Theory of Just War. Behind the Jurisprudential Defense of (Abstaining From) Military Action (Warsaw, 13-14 October 2015); DEADLINE 15 MAY 2015

 (image source: saevientibus2015)

The Departments of Ethics, History of Philosophy and Law and Administration, as well as the International Centre for Intercultural and Interreligious Dialogue at the Cardinal Stefan Wyszyński and Łazarski Universities (Warsaw) host a conference on 13-14 October 2015 on the eternal interdisciplinary topic of "Just Wars". More information:

On 5th July 1415 the participants of the Council of Constance – a historically pivotal gathering of the ruling and clerical elite of contemporary Europe – were provided with the first of a series of legal writings concerning a momentous dispute between the Kingdom of Poland and the Order of Brothers of the German House of Saint Mary in Jerusalem (the Teutonic Knights). The case centered around the legitimacy of military attacks undertaken by the State of the Teutonic Order on the region of Samogitia (northwestern part of today’s Lithuania), whose inhabitants were the last ethnic group in Europe to resist conversion to Christianity. Arguing for the Polish side was Paul Vladimiri (Paweł Włodkowic), rector of the Jagiellonian University in Kraków, who, following the most prominent theological and legal thinkers of the time, defended the rights of pagans to have their own states, safe from the attacks of Christians, provided they themselves refrained from attacking their Christian neighbours. Based on the idea of mutual tolerance and peaceful coexistence between different political communities, Paul Vladimiri’s argumentation has gone down in history as one of the prototype versions of the theory of just war. 600 years after its original presentation, some fundamental issues raised during the medieval dispute are still of utmost urgency:

What type of rationale legitimizes the use of force against an autonomous political community?

What are the preconditions of a morally/legally justified military intervention undertaken on the territory of an independent state?

Which international institution possesses the entitlement to authorize the enforcement of universally recognized standards of execution of political power, e.g. respect for basic human rights?

Are there any moral/legal constraints on the membership in alliances aimed at eliminating specific threats to world peace?

To what extent are individual people responsible for the aggressive policy of (morally deplorable use of force by) their state leaders?

Answers to these and many other questions related to the idea of just war will be discussed during a conference held at Cardinal Stefan Wyszyński University, Warsaw, Poland, on 13-14 October 2015. We are inviting proposals for paper presentations (up to 20 minutes long) that will contribute to the conference debate. Themes of presentations, accompanied by paper abstracts (maximum 300 words), should be submitted by May 31, 2015, via e-mail to . PDF copies of Paul Vladimiri’s writings (the Latin original with its Polish and English translations) as well as the abstract submission form are available on the conference web page: Selected presenters will be contacted via e-mail by June 15, 2015 and required to register. Accepted papers will be considered for publication in an edited volume on the conference theme.

Registration procedure must be completed by September 15, 2015 by paying the conference fee of 100 EURO (or 115 USD; for details, see the Practical Information tab)

The conference fee does not cover accommodation. The organizers may assist participants in making hotel reservations (selected options are presented in the Practical Information tab of the conference web page).

dinsdag 7 april 2015

CALL FOR ABSTRACTS: Indigenous sovereignties native monarchies, principalities, and empires in the Atlantic worlds. America and Africa, 15th-19th Centuries (Nantes, 24-26 March 2016); DEADLINE 1 MAY 2015

(image: Nantes, place royale, source: Wikimedia Commons)

 Calenda announced the following conference, of interest to researchers in world history and comparative public legal history.

English summary:

This conference seeks to draw up the current state of research on this subject, and to bring together researchers in the humanities and social sciences, and law in particular, on the subject of indigenous sovereignty. The goal is to understand the parallel and related constructions of sovereignty on both sides of the Atlantic, from the end of the Middle Ages and its regimes of governance during the fifteenth and sixteenth centuries, up to the aftermath of the political experiences of the "Atlantic Revolutions" that ushered in new relationships to authority in the first half of the nineteenth century. The perspective adopted here should be seen less as static and focusing on a single, immunizing description of an exotic externality, and more as fundamentally involved in the particular construction of modern European sovereignty. The creation of that sovereignty was profoundly associated with issues that were raised or reopened by the world’s new geographic, religious, and political horizons.

Platform text:
L’intérêt suscité par la question de la souveraineté indigène ne serait-il jamais autre chose que le goût de l’historien envers « la beauté du mort » pour emprunter cette expression à Michel de Certeau évoquant, en 1970, les travaux des hommes du XIXe siècle et ceux de ses contemporains sur la culture populaire et le folklore ? Il écrivait, en effet, que « la culture populaire suppose une opération qui ne s’avoue pas. Il a fallu qu’elle fût censurée pour être étudiée. Elle est devenue alors un objet d’intérêt parce que son danger était éliminé ».
La souveraineté indigène perçue donc comme un danger en effet car elle est, in fine, un obstacle à la politique de conquête alors menée durant ces cinq siècles par les puissances européennes atlantiques (Provinces-Unies et Suède comprises) depuis la grande scène inaugurale du 12 octobre 1492 quand bannières au vent, Christophe Colomb et les Espagnols qui ont traversé la mer Océane débarquent théâtralement sur l’île de Guanahani, première île du continent américain, dont ils prennent possession au nom des souverains d’Espagne, qui les ont mandatés au mois de mars précédent. Les officiers présents, oubliant leurs rancœurs liées aux difficultés de la traversée, jurent allégeance à l’Amiral de la mer Océane, représentant des Rois Catholiques. La rencontre avec les peuples indigènes s’inscrit dans la volonté du Génois d’imposer la souveraineté espagnole, considérant que cette dernière supplantait une quelconque souveraineté susceptible d’exister en ces îles. Dès lors, les puissances européennes cherchent à justifier la souveraineté sur une terre par sa découverte ou son appropriation, qui se fait progressivement au cours des siècles suivant les premiers contacts en Amérique.
Une menace dont l’élimination (ou « l’usurpation » pour reprendre l’expression du juriste Michel Morin en 1997) procède d’un double combat mené par les armes et par les plumes tant semble irrésistible la volonté de faire de ces terres étrangères des territoires vierges frappés du sceau du dénuement. Des terra nullius présentées si désertes que même la belle lucidité d’un Montaigne sera prise en défaut, reprenant, dans l’essai « Des cannibales » (Essais, I, 31), les topoï du temps sur la nudité américaine – largement diffusés au travers des éditions des Décades de Pierre Martyr d’Anghiera. Quelques années plus tard, l’iconologie de Cesare Ripa présente les quatre continents comme autant de variations autour d’une Souveraineté que l’on peut admirer dans son affirmation triomphante (l’Europe), déclinée ensuite dans des euphémisations progressives – l’Asie puis l’Afrique – jusqu’à son complet évidement avec l’Amérique. Dans la fameuse allégorie America, gravée dans les années 1580 par Theodor Galle d’après un dessin de Jan van der Straet, dans laquelle Amerigo Vespucci est montré comme réveillant l’Amérique dormante, ce dénuement est dramatiquement mis en scène dans le contraste entre l’Européen, debout et caractérisé par le mouvement que sa station interrompt seulement l’instant d’un souffle ou d’un étonnement, et l’Amérique, aussi pauvre et nue de vêtement que précédemment inerte.
Toutefois la souveraineté indigène ne se réduit pas à cette propice absence et les explorateurs européens n’auront de cesse, pour la plupart d’entre eux, de rencontrer des « rois », de poursuivre la trace des royaumes indiens de Saguenay et Norembegue, d’atteindre les Sept Cités, de marcher à rebours sur les traces des rois mages pour gagner la mythique Ophir ou retrouver Seba quand ils ne buttent pas, un temps, sur de solides empires au Mexique et au Pérou dont ils peuvent moins nier la souveraineté qu’ils espèrent, précisément, la soumettre aux vrais rois, espagnols et chrétiens, ou de manière plus modeste, celle par exemple des Algonquins de l’Amérique française avec lesquels passe alliance Samuel de Champlain. Ou encore admirer de puissants rois amérindiens, dignes des Illustres antiques et des héros contemporains, comme Satouriona, « roi de Floride », ou le colosse Quoniambec figurés dans les Vrais portraits et Vies des hommes illustres de Thevet. Ou même faire de ces rois américains des mages bibliques comme dans une célèbre Adoration des mages, vers 1505, attribuée au Maître de Viseu, ou, à rebours les figures grimaçantes du souverain des Enfers…, images saisissantes alors d’une souveraineté indigène chahutée d’un bout à l’autre d’un large spectre allant de sa destruction sous des modalités diverses à sa préservation ou sa recomposition ambigüe en passant par son ignorance et la négligence de ses réalités.
Dans le cas de l’Afrique c’est un autre rapport qui s’établit. Cet immense continent est présent dans l’imaginaire européen depuis l’Antiquité, pourtant les explorations portugaises du XVe siècle recomposent un nouvel objet et dessinent une logique différente où la place de la « souveraineté » telle qu’elle est entendue en Europe joue un rôle essentiel et peut susciter une configuration particulière associant droits traditionnels sur un espace et des populations et droit sur une activité comme en témoigne en 1486 la titulature de Jean II du Portugal. Dans un premier temps, elle peut ne pas être reconnue. Ce qui donne lieu aux premières rafles d’esclaves d’Afrique de l’Ouest racontées par Gomes Eanes de Zurara dans sa « Chronique de Guinée » (1453). Au fur et à mesure que les peuples rencontrés sont identifiés dans l’imaginaire de l’époque et que des distinctions s’établissent dans la lignée classique médiévale entre « Infidèles »,  « Maures » ou encore « Maures Noirs », l’émergence d’une souveraineté indigène devient possible et le roi du Saloum peut se faire appeler le « Père des Blancs ». Cette reconnaissance sert de barrage à l’accès des Européens à l’intérieur africain comme le montre l’exemple, tardif, d’un souverain du Galam qui refuse l’installation pérenne des Français dans les terres en question. La confrontation des réalités portugaises en termes de souveraineté, en terres américaines et africaines, rend compte également de la nécessité de comprendre les modulations de la souveraineté indigène au sein d’un même espace colonial.
La Conquête, justifiée par l’entreprise d’évangélisation, a, semble-t-il, effacé toute forme de souveraineté indigène dans l’espace américain revendiqué par les empires ibériques aux Amériques. Si, dans le domaine de la foi, les rois d’Espagne imposent la conversion à leurs nouveaux sujets, ils s’inscrivent, sur le plan politique, en continuité avec les anciennes polités amérindiennes. Avec la construction coloniale des deux républiques au sein de la Monarchie catholique, celle des Espagnols et celle des Indiens, avec la reconnaissance de noblesses indigènes par les institutions monarchiques dès le XVIe siècle, et  la reconnaissance d’une administration autonome des communautés  indiennes par des caciques et principaux, c’est une forme de souveraineté relative, subalterne, qui est reconnue aux Indiens, comme élément à part entière d’une monarchie polycentrée. De fait, la Conquête est loin d’avoir éteint toute forme de souveraineté indigène, y compris à l’intérieur des empires européens, si l’on donne à ce concept, au rebours de sa conceptualisation bodinienne, un sens relatif et imparfait. De nombreux exemples témoignent de ces formes de gouvernements des Indiens par eux-mêmes à l’intérieur des empires chrétiens, comme la République de Tlaxcala, dont l’autonomie à l’intérieur de la Nouvelle-Espagne était justifiée par l’aide reçue par Cortès aux heures de la Conquête, Pátzcuaro, ou l’alliance avec les nations ou villages indiens en Amérique du Nord « française ». Des relations diplomatiques continues, aux marges des empires, attestent la reconnaissance de facto de polités indigènes, comme en témoigne encore l’institution du parlamento entre le capitaine général du Chili et les Indiens Araucans (Mapuche) tout au long de la période coloniale, ou les alliances commerciales ou militaires entre les Six-Nations iroquoises et les Britanniques. Ce n’est, d’ailleurs, qu’au cours du XIXe siècle que les dernières polités amérindiennes indépendantes furent conquises par les armes : Comanches, Apaches, Sioux des plaines ; Chiriguanos de l’Est bolivien ; Mapuches et Indiens de Patagonie dans ce qui deviendrait, à la fin du siècle, le Sud du Chili et de l’Argentine. Les empires européens, et les Etats indépendants qui leur ont succédé, et qui les ont souvent continués, ont ainsi construit un spectre complexe de relations avec les formes de gouvernements indigènes qu’ils autorisaient, reconnaissaient ou combattaient : co-construction impériale, sous le signe théorique d’une souveraineté européenne absolue dans ses prétentions mais aménagées dans ses pratiques comme en Nouvelle-France dans le cadre de l’alliance et de la protection ; transformation et incorporation des polités amérindiennes, avec lutte contre les Indiens des marges pour l’Espagne ; guerre et relations diplomatiques et commerciales pour la Grande-Bretagne ; incorporation à la citoyenneté pour les jeunes républiques hispano-américaines mais alliances, conflits et, au final, déportations ou ethnocides au sein des empires républicains en expansion au Nord et au Sud du continent, etc.
Sur les plans du droit, de l’imaginaire politique, des représentations culturelles et des savoirs scientifiques, la discussion a été continue sur la définition, les limites et la valeur de ces souverainetés indigènes, qu’elles fussent relatives ou absolues. Cette réflexion de longue durée sur la nature des polités indigènes, la grandeur ou la barbarie des empires précolombiens, la dégénérescence ou la bonté naturelle des Indiens, donna lieu à la construction d’épistémologies et de savoirs dès le XVIe siècle. Si le débat sur les justes et injustes titres de la conquête fut l’un des éléments fondamentaux de la formation du droit moderne des gens, une forme naissante d’anthropologie historique naît avec les ouvrages qui évoquent les empires défunts des Aztèques ou des Incas (Inca Garcilaso de la Vega, Sahagún, Motolinía, etc.). Il faut souligner, avec Jorge Cañizares-Esguerra, l’importance de la controverse de l’Amérique, au XVIIIe siècle, pour l’épistémologie, ou l’une des épistémologies, des Lumières : le Nouveau Monde devait-il être connu à travers une histoire naturelle, ou l’histoire tout court ? Dans le second cas, la redécouverte des Antiquités américaines, et de la grandeur des empires précolombiens, devenait le support d’une réflexion anthropologique et historique sur les relations entre l’Europe au reste du monde. Pour les Européens, du Vieux ou du Nouveau Monde, la « Découverte » et la Conquête ont longtemps servi à penser le rapport à l’altérité anthropologique et politique : les souverainetés indigènes peuvent être comprises, ainsi, comme le lieu d’un travail symbolique où naissent des savoirs nouveaux dans les domaines du droit, de l’histoire, de la science politique, de l’anthropologie concernant le processus d’occidentalisation. Les Indiens, et leurs souverainetés vaincues, représentent, dans cette histoire, le spectre d’une altérité défaite, inoubliable, qui hante la conscience occidentale.
Le colloque se propose dès lors de dresser un état des lieux du sujet pour rassembler autour de la souveraineté indigène des chercheurs en sciences humaines et sociales et en droit notamment, afin de saisir les constructions parallèles et associées de la souveraineté des deux côtés de l’Atlantique entre la fin des universaux médiévaux et leur régime de gouvernance au cours des XVe et XVIe siècles et les lendemains des expériences politiques des « Révolutions atlantiques » inaugurant de nouveaux rapports à l’Autorité dans la première moitié du XIXe siècle. Ce regard doit être considéré, en effet, moins comme inerte ou s’attachant à la seule description immunisante d’une extériorité exotique que partie prenante, de manière fondamentale, d’une construction singulière de la Souveraineté moderne européenne elle-même dont la mise en place est profondément associée aux questionnements provoqués ou renouvelés par ces nouveaux horizons du monde, géographiques, religieux et politiques.
Thematical Axes:

Dans cette ambition trois grandes thématiques se dessinent : celle d’abord de l’étude des souverainetés indigènes, parfaites et imparfaites selon les normes bodiniennes (1) ; celle ensuite de leur place dans la controverse du Nouveau monde et des antiquités américaines (2) ; celle enfin du miroir tendu par ces souverainetés autochtones aux pratiques souveraines européennes où le reflet révèle alors dans ces dernières moins des systèmes et des imaginaires drapés dans un glorieux absolu que des réalités elles-mêmes imparfaites d’abord et relatives ensuite à ces formes indigènes qu’elles pensaient rejeter dans leurs marges (3). 
  • Si l’on prend un peu de distance vis-à-vis de la conception bodinienne, ou philosophique de la souveraineté comme unité absolue, et que l’on pense cette notion à la fois comme relative et pas nécessairement déterminée par les marques qui la définissent usuellement dans les Etats, il devient possible de penser les différentes formes de droit au gouvernement que reconnurent, implicitement ou explicitement, les empires aux groupes amérindiens, ou comportant des Amérindiens tout au long d’une époque coloniale étirée jusqu’à la fin du XIXe siècle. La (re)construction ou la reconnaissance d’autorités indigènes au sein des empires ou les relations diplomatiques avec les polités indiennes décrivent ce spectre des souverainetés. Cette perspective implique une réflexion sur la nature de ces cités indiennes, prenant au sérieux la capacité de ces derniers à former des gouvernements bien ordonnés, même si non étatiques le plus souvent. Il s’agit aussi d’éviter le biais d’une ethnicisation ou d’une racialisation abusives, pour à la fois décrire la pluralité des types de gouvernements indigènes, le caractère souvent bigarré de leur composition, et les formes diverses de leur articulation aux empires. Des villages pluriethniques de réfugiés algonquiens décrits par le Middle Ground de Richard White aux Indios de comunidad des Andes espagnoles, des Six-Nations iroquoises à la République autonome de Tlaxcala, de l’apachería mexicaine à l’Empire comanche des grandes plaines (Pekka Hamalainen, 2009), ces polités, dotées d’une souveraineté parfaite ou non, reconnues par les empires ou les républiques, ou non, doivent être repérés comme des acteurs fondamentaux de la fabrique impériale, puis républicaine, et de la transformation de l’espace américain en territoires politiquement constitués. Les guerres ou les révoltes indiennes, et les négociations qui les accompagnent, diplomatiques ou non, constituent l’un des observatoires les plus intéressants pour comprendre ces souverainetés indiennes, du point de vue des deux partis en présence. Concernant le XIXe siècle, qui semble rejouer les scènes tragiques de la Conquête, deux processus mériteraient également une analyse fine. D’une part, l’association des Indiens au souverain populaire en Amérique latine, sous les espèces de la citoyenneté, avec les résultats mitigés que l’on connaît. D’autre part, l’absorption des dernières souverainetés parfaites indigènes dans les républiques américaines, aux Etats-Unis, en Argentine ou au Chili, sous les figures du removal jacksonien ou de la guerre sans quartier. 
  • Le deuxième thème concerne la reconstruction d’un passé indigène au cours du XVIIIe siècle, visant à soutenir, notamment, la position pro-américaine dans le cadre de la controverse du Nouveau Monde (Gerbi, Cañizares-Esguerra), et l’éloge des souverainetés et des lois indiennes du passé. Le débat sur la capacité politique des indigènes – comme « hommes naturels », « bons sauvages » ou peuples stupides et paresseux, « dégénérés » depuis la Conquête – se trouve en arrière-plan ; il intéresse directement l’intégration des autochtones à la citoyenneté. 
  • Le troisième thème rappelle que les souverainetés européennes et les formes d’Etat qui les mettent en pratique ne sont pas déconnectées des expériences américaines et africaines de ces mêmes Etats au travers de la colonisation ultramarine et de la gouvernance impériale. La souveraineté se construit dans un processus social, religieux, philosophique et politique complexe dans lequel la dimension impériale et/ou coloniale est partie prenante des débats. S’il ne faut pas réduire la souveraineté indigène à un essentialisme sans histoire, l’avertissement vaut tout autant pour celle(s) des Européens qui n’arrivent pas en Afrique et en Amérique avec une Souveraineté comme un bagage dans les soutes de leurs navires. D’une manière certaine les souverainetés européennes se sont réalisées contre les souverainetés indigènes. Tout contre précisément. C’est-à-dire avec, aussi.
 Scientific committee:
  • Antonio de Almeida Mendes, Université de Nantes, CRHIA.
  • Nadine Béligand, Université Lyon II-LARHRA.
  • Capucine Boidin, Université Paris III-Sorbonne Nouvelle, IHEAL.
  • Ângela Domingues, Universidade Nova de Lisboa, CHAM-Açores.
  • Marcela Echeverri, Yale University.
  • Eduardo França Paiva, Universidade Federal de Minas Gerais, CEPAMM.
  • Thomas Grillot, Centre Nationale de la Recherche Scientifique-EHESS (CENA).
  • Gilles Havard, Centre Nationale de la Recherche Scientifique-EHESS (CENA).
  • Michel Morin, Université de Montréal.
  • Isabelle Surun, Université Lille III Charles-de-Gaulle, IRHIS - Institut d’Etudes Avancées de Nantes.
  • Bertrand Van Ruymbeke, Université Paris VIII.

  • Yann Lignereux, Université de Nantes, Centre de Recherches en Histoire Internationale et Atlantique.
  • Luis Mora Rodríguez, Universidad del Costa Rica, Institut d’Etudes Avancées de Nantes.
  • Grégory Wallerick, , Université de Nantes, Centre de Recherches en Histoire Internationale et Atlantique.
  • Clément Thibaud, , Université de Nantes, Centre de Recherches en Histoire Internationale et Atlantique.
Le colloque aura lieu les 24-26 mars 2016. Les propositions de communication sont à envoyer à l’adresse sous la forme d’un résumé de 2000 caractères. Elles prendront soin de préciser quelles sources primaires sont mobilisées pour l’étude de cas. Elles seront accompagnées d’une courte notice bio-bibliographique. Elles doivent être adressées

avant le 1er mai 2015.

Les candidats seront informés de la décision du comité scientifique fin juin 2015. Ces propositions peuvent être rédigées en français, en anglais et en espagnol. Ces langues seront celles du colloque. Les frais de séjour à Nantes (dont quatre nuits d’hôtel) seront assurés par le comité d’organisation du colloque pour un auteur par contribution.

Chemin de la Censive du Tertre
Nantes, France (44)
 More information here.

CALL FOR ARTICLES: Congo at War(s). Journal of Belgian History (ed. N. Tousignant); DEADLINE 1 MAY 2015

(image: Congo in 1914, source: Wikimedia Commons)

The Journal of Belgian History (Web of Science, ISSN 0035-0869) issued a call for papers for a theme issue on "Congo at War(s)" (ed. Prof. N. Tousignant, Université Saint-Louis/UCLouvain).

More information:
As the centenary of the Great War has been offering its amount of manifestations, publications or exhibitions in Belgium and in neighbouring European countries, it must be underlined that the global dimension, included in the qualification of this four-year period as a ‘World War’, has been largely underrepresented, when not absent or ignored, in Belgium. The diagnostic might sound too categorical, but it reveals the difficulty to imagine the war experience outside specific historical canons. It could be explained by the tradition largely developed in the 1920s (the ‘trench experience’) and the broader inscription into the memory management under the leadership of the Commonwealth War Graves Commission, into the diplomatic negotiations results and conflicting chronological frames. Since 2013, it has been established that most of what we know of what happened in Congo, what were Congo contributions and what were the consequences of the war on Congo future remain largely dated either to 1980s historical research on archives and oral sources available at that moment, or to the 1920s and 1930s printed material produced by the witnesses of the events. On the same token, the access to new archival series and the development of new research questions beyond military history ask for a recalibrated comparative understanding of the African dimension. This issue wants to bring into perspective unpublished contributions to document both wars experiences in Belgian Congo (to be extended to Rwanda and Burundi, if needed). It shall address questions such as neutrality, colonial governance, police activities and socio-demographical consequences of recruitment, forced/coerced labour, resistances and revolts, geopolitics in Sub-Saharan Africa. It excludes the discussion of remembrance and commemoration, as the hard facts need to be known and reinterpreted into a frame of analysis that breaks the exceptionality of the Congo & Belgium experience.
Manifestation of interest:             May 1st, 2015.
A 2500-sign proposal, related to the issues mentioned above must be sent to the editor. Unpublished contributions requested.
Selected papers would be notified by May 15th 2015.
Final version:                             December 15th, 2015.
In English, with a proposal of minimum four illustrations.
 (source: Belgian Association for Contemporary History  

WORKSHOP: New Histories of Human Rights (Princeton, 25 April 2015)

(image: Universal Declaration of Human Rights, 1789, source: Patrimoine maçonnique)

International Law Reporter announced a workshop on the history of Human Rights at Princeton. Summary:

The field of human rights history has become much more crowded – and much more controversial -- over the past decade. New historical accounts are often deeply provocative and at odds with each other; they have also influenced debates about the goals and general value of human rights activism. In this colloquium, we will hear from some of the new historians of human rights, both to reflect on the historiographical stakes in this field, and on the relation between history and policy. What is the proper chronological scope of human rights history? What relation, if any, do older ideas about natural rights have with current notions of human rights? What role, if any, can history play in the crafting (or the criticism) of theoretical/normative arguments about human rights?

9:30am Welcome:

Jan-Werner Müller and Dan Edelstein

9:45am - 12:00pm Panel 1: Enlightment and Revolution

Chair:  Jan-Werner Müller
Vincenzo Ferrone - Enlightenment and the Rights of Man: Building the Political Language of Modernity.
Eric Slauter
Keith Baker
Dan Edelstein - Mind the Gap: Between the Early Modern and Modern Histories of Human Rights

1:00pm - 3:00pm Panel 2: Nations and Nationalisms

Chair:  Philip Nord
Amy Dru Stanley
Mira Siegelberg
Samuel Moyn - Theses on the Philosophy of Human Rights History

4:00am - 6:00pm Panel 3: Global Rights

Chair:  Charles Beitz
Turku Isiksel
Stephen Angle - China-Inspired Reflections on the History, Methodology, and Contents of Human Rights
Steven Jensen
 More information at Princeton's Center for Human Values.